Se réorienter en plein milieu d'année est une possibilité de plus en plus utilisée par les étudiants. Mais, pour que cette décision soit totalement efficace, encore faut-il suivre certaines lignes directrices.

I. Tu feras calmement le point

La décision de se réorienter en cours d'année ne doit pas venir sur un simple coup de tête passager, mais d'une réflexion amorcée bien avant sa concrétisation.

"Ce qui est important, c'est de savoir pourquoi cela s'est mal passé. Car la réorientation est l'opportunité de prendre un nouveau départ. Pour cela, il faut faire un point sur les raisons pour lesquelles ça n'a pas marché. De cette manière, une réorientation permet vraiment de faire un bond", explique Bernard Quinio, vice-président délégué à la formation tout au long de la vie de l'Université Paris Ouest Nanterre.

II. Tu prendras le temps nécessaire

En aucun cas, une réorientation ne doit se faire dans la précipitation. Bien au contraire, il faut prendre le temps nécessaire pour envisager et étudier toutes les possibilités.

"Il est indispensable de prendre le temps de réfléchir à ce qu'on veut faire. Après un premier mauvais choix, un second serait dramatique...", confirme Arnaud Le Blanc, directeur des partenariats et des relations entreprises de l'Events Management School.

III. Tu tireras les leçons de ton précédent échec

"Même si la réorientation peut être vécue comme un échec, il vaut mieux admettre qu'on n'a pas fait le bon choix plutôt que d'échouer par la suite, ou de ne pas s'épanouir dans son futur métier. Perdre une année n'est rien à l'échelle d'une vie professionnelle. Pour moi, il s'agit d'une formidable opportunité de rebondir, et c'est un signe de maturité", souligne Benoit Anger, directeur de la communication et du développement de France Business School. Avant de se réorienter, il faut donc tirer les leçons de cet échec pour ne pas le reproduire.

IV. Tu saisiras cette deuxième chance

Il ne faut pas se tromper : la réorientation n'est pas un échec, comme beaucoup d'étudiants le pensent, mais une seconde chance qu'il faut savoir saisir.

"Cette procédure permet en effet de bien se positionner, car on se connaît un peu mieux. D'autant qu'en Terminale, la plateforme Admission Post Bac (APB) impose une sacrée cadence que certains élèves n'arrivent pas forcément à suivre...", affirme Arnaud Le Blanc.

V. Tu te rendras aux journées portes ouvertes

Après des premiers mois difficiles, il est nécessaire de minimiser les risques et de maximiser ses chances de réussite. L'une de meilleures solutions pour y parvenir est de se rendre à des journées portes ouvertes, ou "JPO".

"Je recommande vivement de participer aux journées portes ouvertes qu'organisent désormais tous les établissements d'enseignement supérieur, afin d'échanger avec les professeurs et les étudiants", conseille ainsi Benoit Anger. D'autant que les écoles comme les universités ont tendance à bien communiquer sur ces journées guettées avec intérêt par les élèves et les étudiants.

VI. Tu demanderas conseil à tes amis

En matière d'orientation comme de réorientation, il ne faut absolument pas se fier à ce que font ses amis. Les centres d'intérêt comme les affinités vont très certainement vous amener à prendre des chemins différents...

Par contre, "discuter avec ses amis de leur formation est un conseil que je leur donne. Ils témoignent de cette manière de la réalité de leur vie d'étudiants, et ce à tous les niveaux", explique Benoit Anger.

VII. Tu consolideras ton projet professionnel

A la fin du lycée, rares sont les élèves ayant défini un projet professionnel. "Alors que ceux qui réussissent le mieux au niveau supérieur sont les élèves ayant défini très tôt un vrai projet professionnel. En cas de réorientation, il est nécessaire de se lancer dans ce chantier", souligne de son côté Catherine Forveille, de l'école d'ingénieurs Estaca.

Et d'ajouter : "Il faut également tenir compte de sa méthodologie de travail, et notamment de la régularité du travail avec une méthode qui permet d'avancer".

VIII. Tu te rapprocheras de professionnels

Pour bien se réorienter, il est aussi conseillé d'aller à la rencontre de professionnels et de discuter avec eux. "C'est très important pour ne pas se tromper de nouveau. Je recommande vivement de rencontrer des professionnels du métier ciblé, ne serait-ce que pour découvrir l'envers du décor et être sûr de son choix", explique Magali Bonavia, directrice de l'Institut Européen de Journalisme (IEJ), qui propose une rentrée décalée depuis près de sept ans désormais.

IV. Tu choisiras une formation adaptée

Une réorientation, cela ne consiste pas seulement à trouver une formation : encore faut-il que celle-ci soit adaptée ! "Il faut choisir une formation permettant de reprendre le fil des enseignements en cours de route. Par exemple, à l'Estaca, un programme spécifique est proposé au cours duquel les élèves sont en petit effectif, avec un programme intensif pour faire en six mois un cursus d'une année. Et ce, grâce notamment à un accompagnement personnalisé", met en avant Catherine Forveille.

X. Tu ne baisseras en aucun cas les bras

Les programmes accessibles par le biais d'une rentrée décalée prévoient, bien souvent, une remise à niveau en vitesse accélérée. Toute la complexité de tel cursus est de garder le moral, après une première réorientation, et de ne surtout pas baisser les bras. Il faut savoir serrer les dents et conserver toute sa motivation initiale, et ce en toute circonstance !