Présentation

Le webdesigner est le créatif du numérique. Ce professionnel a en effet pour mission de réaliser les pages d'un site internet. Pour cela, il part d'une feuille de dessin sur laquelle sont notées toutes les contraintes, avant de s'élancer sur le web. Il crée également des éléments graphiques tels que des illustrations ou des animations flash, et est responsable du design des interfaces web. "On est là pour donner de la vie, de l'interactivité ainsi qu'un côté ludique à un support un peu froid", résume Franck Lebraly, webdesigner indépendant, après avoir effectué un BTS en trois ans.

Ce professionnel peut ainsi être amené à travailler pour des particuliers, des agences web, de publicité, de communication ou des studios d'animation, pouvant multiplier les expériences. "En freelance, on accepte un maximum d'emplois, et c'est très enrichissant. Mais, quel que soit son statut, le webdesigner doit être très curieux et faire de la veille sur toute la culture graphique mais aussi l'actualité dans son ensemble", ajoute Franck Lebraly. Ce professionnel doit également connaître et maîtriser les nombreuses possibilités liées à l'interconnexion et l'interactivité, dont le rôle est prépondérant dans le multimédia.

Aimer dessiner

Le webdesigner doit également faire preuve d'une grande réactivité : il travaille en effet très fréquemment dans l'urgence. Autre qualité indispensable à ce métier : la rigueur, car un site internet répond à des normes bien spécifiques : accessibilité pour les personnes en situation de handicap ou malvoyantes, typographie, images, etc. "Le tout c'est d'aimer ça. Moi j'ai toujours aimé dessiner. Et quand j'ai découvert l'ordinateur et Photoshop, je me suis dit que j'avais la possibilité de montrer ce que je faisais au plus grand nombre", résume Franck Lebraly.

Formation

Ce métier est notamment ouvert aux BTS communication visuelle et aux DUT services et réseaux de communication, informatique, et génie-informatique. Mais, face aux exigences grandissantes des entreprises, mieux vaut viser une licence professionnelle, voire un master. De nombreuses écoles privées offrent enfin des formations spécialisées très appréciées des recruteurs.

Témoignage

Irène Esteban, webdesigner

"On peut vraiment tout faire maintenant sur le web. L’évolution des technologies permet d’offrir un travail graphique de plus en plus léché. Je peux laisser libre cours à ma créativité, sans frustration ou presque. A la base, je suis illustratrice. J’ai travaillé pour des petites sociétés d’édition, je n’arrivais pas vraiment à vivre de mon métier. Alors, un jour, je me suis demandé où mon talent pourrait être apprécié, et c’est la toile qui offre le plus d’opportunités. J’ai suivi une formation d’un an et je me suis lancé. Maintenant, je gagne bien ma vie, j’assouvis mes besoins artistiques et je découvre en plus de nouvelles techniques qui débouchent sur de nouvelles perspectives, comme l’animation."