Présentation

Le viticulteur peut être exploitant ou salarié d'un domaine viticole. Il supervise les travaux de production de la vigne, participe au processus d'"élevage" du vin, pour ensuite le commercialiser.

La vigne réclame des soins constants. C'est pourquoi un bon viticulteur doit faire preuve de qualités d'observation, de solides compétences techniques et d'une endurance physique à toute épreuve. Mais il doit aussi posséder des compétences en gestion et en comptabilité pour maîtriser les coûts de production et prévoir ses investissements. Autre qualité indispensable : un bon sens de la vente et de la négociation commerciale pour écouler sa production.

Viticulteur : produire et vendre

"Lorsqu'on est vigneron, il ne suffit pas de produire, il faut vendre", explique Dominique, viticultrice dans la région des Baux de Provence. C'est pour cette raison qu'elle n'a jamais hésité à prendre le volant de sa petite camionnette pour sillonner les foires-expositions et les salons vinicoles. "Pouvoir discuter avec un client des conditions d'exploitation et d'élevage a été déterminant pour la commercialisation de mes vins".

Au cours d'un séjour en Provence, Dominique tombe sous le charme de la région. Elle apprend la vente d'une exploitation viticole et contacte alors le propriétaire de l'exploitation et, avec le soutien de ses parents et de son banquier, conclut l'affaire dans de bonnes conditions. Fin 95, elle est propriétaire de 6 hectares de vigne au pied des Alpilles, dans un site magnifique.

Parallèlement, Dominique s'inscrit à des cours d'œnologie à Montpellier et à un master de gestion, tout en prenant régulièrement conseil auprès de l'ancien propriétaire, ravi de voir une jeune femme reprendre le flambeau. "J'ai bénéficié d'une grande chance, raconte Dominique, car les trois millésimes qui ont suivi mon acquisition ont été excellents et très vite, ma production a acquis une petite renommée dans le milieu viticole".

Aujourd'hui, elle travaille avec deux ouvriers agricoles sur 14 hectares et continue à privilégier la qualité plutôt que le rendement. D'ailleurs, dès le départ, elle a opté pour une production biologique en n'utilisant aucun conservateur. "C'est un travail d'artisan qui revient très cher en main d'œuvre. Mais après dix ans d'exploitation, je sais que j'ai fait le bon choix et que je suis sur une pente ascendante, même si le marché reste très concurrentiel", conclut Dominique.

Formation

Comment devenir viticulteur ?

Parallèlement aux diplômes de l'Education nationale, le ministère de l'Agriculture a mis en place une filière de formations spécifiques pour les métiers du secteur.

Le bac

Le bac pro conduite et gestion de l'exploitation agricole, option vigne et vin. Il se prépare dès la seconde ou après un CAPA (CAP agricole).

Après un bac

Le BTSA (BTS agricole) avec deux options : viticulture-œnologie et technico-commercial, boissons, vins et spiritueux (BTS-CVS). Ce diplôme se prépare en deux ans, dans un lycée d'enseignement général et technologique agricole.

Après un bac+2

Un certificat de spécialisation en un an peut apporter une double compétence : technico-commerciale, informatique ou de gestion. Il se prépare par la voie de l'apprentissage ou de la formation initiale dans un centre de formation professionnelle et de promotion agricole (CFPPA) ou un centre de formation d'apprentis (CFA).

Après un bac+5

Plus de vingt écoles délivrent un diplôme d'ingénieur dans le domaine de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Environ la moitié recrutent directement après le bac pour cinq années d'études, tandis que les autres sont accessibles à bac+2, (après une prépa, un DUT, un BTSA) et proposent une scolarité en trois ans.