Présentation

C'est la mémoire des biens et des personnes. Plus de 8 500 notaires participent quotidiennement aux grands moments de nos vies. Leur mission : apporter la preuve par écrit des actes et des contrats.

De 8 h jusqu'à 20 h, une étude de notaire s'agite au rythme des demandes de sa clientèle : signature de contrat, recherche juridique, conseil en tout genre... Le notaire intervient dans le droit de la famille comme dans les successions ou les régimes matrimoniaux, et sur le droit immobilier lors d'achats ou ventes de biens. Le droit des affaires et des sociétés est également un domaine où il peut agir.

Les notaires exercent soit dans une étude, soit au sein d'une société civile professionnelle, et délivrent conseils et prestations à près de 20 millions de clients chaque année !

Un rôle social

Le notaire est un officier public qui confère un caractère authentique aux actes qu'il établit. Il joue un rôle important au service des particuliers dans le domaine du droit de la famille et intervient aussi en matière immobilière. Son intervention garantit la sécurité des transactions, mais son rôle ne se cantonne pas à la rédaction de documents officiels, il est aussi l'interlocuteur et le conseiller privilégié des clients.

Mais sa fonction sociale ne s'arrête pas là. Le notaire est un médiateur doublé d'un négociateur. Lors d'un partage immobilier, il va ainsi s'efforcer de trouver un terrain d'entente afin qu'aucune partie ne soit lésée. Initiateur d'un consensus, il doit donc préalablement mettre en place un rapport de confiance sans faille avec les différents acteurs de la transaction, mais également au quotidien vis-à-vis des personnes qu'il reçoit.

Dans toute situation, le notaire assure deux missions : un rôle d'authentification, c'est-à-dire de rédaction des actes qui ont force de loi. Ce travail d'écriture rigoureux nécessite une forme légale extrêmement précise. Car il ne faut pas oublier qu'un notaire est un représentant de l'Etat, qui porte une lourde obligation : rédiger et conserver des actes parfaits ! Sa seconde mission est un travail de conseil, pour attirer l'attention des parties sur les conséquences de leurs actes et de leurs engagements.

Son second rôle : un travail de conseil, pour attirer l'attention des parties sur les conséquences de leurs actes et de leurs engagements. Par exemple, lors d'une vente, le notaire doit informer les acquéreurs et les vendeurs des conséquences de leur transaction. Et gare aux complications : il prend soin d'utiliser un vocabulaire juridique accessible à tous. La charge de travail est importante, mais le notaire peut compter sur une équipe de collaborateurs permanents, l'indispensable clerc de notaire, les assistants notaire, les comptables...

Des connaissances sans cesse renouvelées

Savoir vulgariser les connaissances juridiques et se montrer patient et disponible ne suffit cependant pas pour devenir un bon notaire . En effet, l'exercice de la profession exige des compétences juridiques approfondies, une rigoureuse impartialité et une excellente capacité d'adaptation, tant au niveau de la forme (on ne s'adresse pas de la même façon à un chef d'entreprise et à un particulier) que du fond (le notaire doit connaître tous les changements de texte dans de très nombreux domaines du droit).

A cela s'ajoute un devoir d'intégrité et un solide sens des responsabilités, comme l'explique Pierre Lemee : "Le notaire est personnellement responsable de la teneur des documents signés par ses clients. Si une affaire se passe mal, on peut, dans certains cas, se retourner contre lui."

Formation

Comment devenir notaire ?

Pas moins de sept années sont nécessaires pour accéder au titre tant convoité de notaire. Pour ce faire, deux principales voies d’accès s’ouvrent à vous.

La première dite "universitaire" est choisie par les deux tiers des candidats au poste, et débute véritablement dès l’obtention du master en droit spécialité Droit notarial. Il s’ensuit deux années de stage intégrant quatre semestres d’enseignement sanctionnés par un examen. Le programme est dispensé conjointement par l’université et le centre de formation professionnelle notariale. Enfin, sonne l’heure de la soutenance d’un mémoire et de la délivrance du Diplôme supérieur de notariat (DSN) par l’université permettant de se présenter à la Chancellerie pour nomination.

La voie professionnelle, quant à elle, débute par un examen d’entrée dans un CFPN. Il s’ensuit douze mois d’enseignement intégrant deux mois de préstage validés par un examen de sortie et la délivrance du diplôme d’aptitude aux fonctions de notaire par le CNEPN. Ce premier cap passé, l’apprentissage se poursuit par deux années de stage durant lesquelles les jeunes sont tenus d’éprouver leurs capacités professionnelles dans un office et de participer assidûment aux séminaires organisés par le centre de formation professionnelle notariale.

Au terme d’un contrôle continu et de la rédaction d’un rapport, la délivrance du certificat de fin de stage permet enfin aux jeunes stagiaires, déjà titulaires du diplôme d’aptitude aux fonctions de notaire, de présenter requête à la Chancellerie pour nomination.

Témoignage

Olivier, notaire associé

Ce que j’apprécie dans mon métier, c’est le contact avec la clientèle. Dans mon étude, je peux recevoir entre deux et dix visites par jour. Une relation de confiance s’installe avec mes clients. Je connais leur patrimoine et leurs secrets. Je suis au cœur de leurs bonheurs ou de leurs disputes.

A la différence d’un avocat qui doit défendre un unique client, je dois trouver un accord acceptable pour les deux parties. Par exemple, lors d’une transaction immobilière, je réalise une synthèse des souhaits de l’acheteur et du vendeur. Ensuite, j’essaye d’apporter la solution la plus satisfaisante pour chacun. Les qualités premières pour ce métier sont le sens des responsabilités et de l'honnêteté ainsi que le respect scrupuleux du secret professionnel.

Il faut mettre le client en confiance et savoir user de diplomatie. Le notaire est le magistrat de l’amiable. De caractère consensuel, j’aime cette vision du droit. Et c’est pourquoi j’ai choisi cette carrière.