Présentation

Il est un artiste de l'image. Professionnel du mouvement, le cinéaste d'animation donne vie aux personnages, aux décors et aux objets dans les films ou les spots publicitaires.

Travailler dans le cinéma d'animation, c'est employer tous les moyens de l'image pour raconter une histoire. Alliant technique et création, ce professionnel travaille souvent comme un manipulateur de marionnettes, qu'elles soient réelles ou en 3D, qu'il habille et dote de vie grâce à des fils virtuels.

Trois grandes techniques se détachent : 2D (dessin traditionnel), 3D et stop-motion (animation en volume qui consiste à filmer image par image des objets inanimés, comme des poupées en pâte à modeler). Mais rien n'est figé et les techniques se mêlent, ainsi aujourd'hui pour une animation en 2D, la 3D sera employée pour apporter de la texture au dessin.

Faire travailler son imagination

Le métier demande donc des spécialistes ayant plus d'une corde à leur arc. Ces talents seront amenés à travailler dans l'industrie du cinéma, des effets spéciaux, de la publicité ou des séries.

A noter que le milieu de l'audiovisuel emploie - le plus souvent - ces professionnels sous le statut d'intermittent du spectacle, pour des missions temporaires.

Si le métier de cinéaste d'animation est ouvert aux autodidactes, de plus en plus d'écoles proposent également des formations au cinéma d'animation. L'avantage pour les étudiants : réaliser un premier film qui leur servira de "CV" au moment de chercher un premier emploi.

Les débuts demandent enthousiasme et persévérance, afin de connaître et de se faire connaître par des sociétés qui proposeront ensuite régulièrement des collaborations. Pas de panique néanmoins, créativité et passion donnent l'assurance de se faire sa place dans un secteur en plein développement.

De nombreuses qualités

Cette profession nécessite un sens artistique aigu et beaucoup d'imagination. Il faut savoir dessiner avec précision, gérer les perspectives et les volumes afin que le résultat soit très proche de la réalité.

Par ailleurs, il faut aussi savoir faire des compromis. Le cinéaste d'animation est la plupart du temps soumis aux décisions de ses supérieurs. Il doit donc souvent se plier à leurs exigences et laisser de côté une partie de son esprit créatif.

Pour finir, ce spécialiste doit avoir une très bonne connaissance de tous les logiciels d'animations 2D et 3D tels que Flash, Maya, 3ds Max,...

Formation

Comment devenir cinéaste d’animation ?

Le métier est accessible à partir d'un bac +2. Toutefois, il est possible d'effectuer des études jusqu'au niveau bac +5 pour devenir cinéaste d'animation.

Pour commencer, il est possible de s'orienter vers un BTS métiers de l'audiovisuel option métiers de l'image ou vers un diplôme des métiers d'art (DMA) cinéma d'animation. Ces deux diplômes permettent d'atteindre le niveau bac +2.

Par la suite, certaines licences professionnelles sont spécialisées dans la 3D et le cinéma d'animation. Elles sont accessibles à bac +2 et durent une année.

Pour finir, certaines écoles spécialisées proposent des formations jusqu'au niveau bac +5.

Dernière mise à jour : 8 octobre 2015

Témoignage

Vincent, animateur 3D

Je donne vie à des personnages, c’est ma motivation première et cela m’a toujours fasciné de donner la vie à des dessins. J'ai travaillé en tant qu’animateur 3D sur le long métrage "Un monstre à Paris", produit par le studio Europa Corp de Luc Besson. En parallèle j'ai mené aussi un projet de réalisation, une série intitulée "Pas facile d’être un petit".

L’animation est très large. Pour raconter une histoire, on n’a aucune limite, si ce n’est celle de l’imagination, pour traiter de l’infiniment grand à l’infiniment petit. L’animation est partout, la balle de jokari du film OSS 117 était par exemple en 3D et j’ai travaillé à son animation. C’est un métier où l’on rencontre des personnalités intéressantes, des artistes, des comédiens et plus généralement des passionnés. Il demande beaucoup de travail et de la persévérance. Il faut également avoir le sens de l’observation. En fait pour exercer ce métier il faut être bosseur et... rêveur.