Vous n'avez pas obtenu votre baccalauréat et ne voulez pas le repasser une fois de plus ? Vous pouvez toujours passer votre capacité en droit.

Un cycle  en 2 ans

Accessible aux non-bacheliers âgés au minimum de dix-sept ans, la capacité en droit se prépare en deux ans au sein des universités. 
Elle ouvre sur un programme d'enseignement exigeant inhérent au droit pénal, droit public, droit privé..., et peut permettre de poursuivre ses études supérieures.

Le cursus

Chaque année d'études est validée par un examen oral et écrit dont la moyenne minimum générale doit être égale ou supérieure à 10/20 pour permettre une entrée en licence 1 de droit. Les bons éléments, qui attestent d'une moyenne globale égale ou supérieure à 15/20 peuvent prétendre à un accès direct en licence 2.

La licence 1 de droit est réputée pour sa difficulté. C'est pourquoi les candidats capacitaires doivent s'adapter au rythme exigeant de ce type de filière et maîtriser parfaitement les bases hétérogènes du programme pour optimiser leur entrée en 1er cycle.
En cas de panique ou de démotivation excessive, rien ne vous empêche de vous orienter vers un DUT Carrières juridiques au terme de vos deux années de préparation.

Témoignages

Christophe Tumbarello a choisi de reprendre ses études grâce à cette filière. C'est à la fac de Droit de Toulon qu'il a suivi la formation : « Je n'ai pas le bac et je souhaitais reprendre mes études. C'était ma seule alternative car j'étais très intéressé par le droit du travail. Selon les universités, le nombre de matières est plus ou moins élevé. Nous, on en a eu entre 30 et 40. C'était très dur, il a fallu s'accrocher. J'ai arrêté mon activité professionnelle pour pouvoir suivre les cours » explique-t-il.

Grâce à une note supérieure à 15 sur 20, il peut maintenant intégrer directement une deuxième année en université de Droit. « J'ai eu plus de 15 poursuit-il, ça a été une très belle expérience que de découvrir le fonctionnement de la faculté même si je n'avais plus de temps pour les loisirs. L'année prochaine j'entre en deuxième année de droit à Paris 2, j'aimerais avoir le statut de juriste et me spécialiser dans le droit du travail. »

De son côté, Emilie Martin vient de valider sa capacité en droit à Paris 1 Panthéon-Sorbonne en enseignement à distance. Avec 13 de moyenne, elle ne peut prétendre entrer en deuxième année de droit.

« Je sais que beaucoup d'étudiants qui passent par ce cursus n'ont pas leur baccalauréat et souhaitent suivre des études universitaires. Ce n'est pas mon cas. J'ai eu un bac ES il y a un peu plus de dix ans avec mention assez bien. Si j'ai suivi ce cursus, c'est pour me remettre dans le bain", argumente-t-elle.

"La première année, ça a été très difficile et j'ai redoublé. Ensuite, j'ai persévéré et me suis adaptée au rythme universitaire qui est très difficile. Les regroupements méthodologiques une fois par mois m'ont beaucoup aidé pour réviser des points importants des cours. Je suis satisfaite car ce sont des années très exigeantes, j'ai pu comparer avec ce que j'avais fait en fac de droit il y a dix ans et je trouve que le niveau est très élevé. D'ailleurs, je m'étonne quand on dit que cette formation est accessible aux jeunes élèves qui n'ont pas eu le bac car elle demande beaucoup de maturité, de rigueur et d'autonomie. Je ne pensais pas la valider mais je voulais me prouver que j'en étais capable. Maintenant, vu que je n'ai pas d'impératifs économiques, je vais prendre un peu de temps et réfléchir à la suite : j'aimerais bien suivre une formation qui me permettrait de travailler dans un cabinet d'avocat en tant que secrétaire juridique ou bien dans les collectivités territoriales », conclut-elle.

Dernière mise à jour : 7 juillet 2014