Le service civique connaît un très gros succès auprès des jeunes. A tel point face au manque de missions proposées, le gouvernement souhaite la faire connaître des professionnels.

Le service civique a sept ans, et le vent en poupe. En 2016, près de 100 000 jeunes ont effectué une mission de service civique, portant le nombre total de volontaires à 200 000 depuis sa création. Ce succès approche l’Agence nationale du service civique à l’objectif qu’il s’était fixé : attirer 150 000 jeunes en 2017.

Œuvrer à « la reconnaissance de cet engagement »

Patrick Kanner, ministre de la jeunesse, s’est félicité de cette « montée en puissance spectaculaire. Le service civique est une chance. Mettre son temps, son énergie, son intelligence au service des autres est une manière de donner un sens au début de sa vie. » Pour Yannick Blanc, président de l’Agence nationale du service civique, un autre objectif à venir sera d’obtenir « la reconnaissance de cet engagement ». « Les volontaires le souhaitent, il faut qu’on mesure la force de leur expérience, qu’elle soit valorisée, notamment par leurs futurs employeurs », a-t-il précisé.

Se faire connaître auprès des professionnels

En effet, alors que 94 % des jeunes connaissent le service civique, selon une récente enquête Ifop, celui-ci souffre d’un manque de reconnaissance de la part des professionnels. Si bien qu’aujourd’hui, près d’un jeune volontaire sur quatre ne trouve pas de mission. Selon ce même sondage, quatre à huit mois après leur mission, 22 % des volontaires sont toujours sans activité, soit presqu'autant qu'avant la mission (24 %).

Le ministère compte y remédier. Le budget de l’agence est passé de 8 millions d’euros à sa création en 2010, à 380 millions pour 2017. Une grande campagne de communication a été lancée, avec des affiches et un court métrage « Merci aux volontaires », qui sera diffusé sur France Télévisions, dans les cinémas et sur les réseaux sociaux à partir du 16 janvier.

Missions d’intérêt général

Le service civique, que Manuel Valls propose, dans son programme de candidat à la présidentielle, de rendre obligatoire pendant six mois, s’adresse aux jeunes de 16 à 25 ans, ou 30 ans pour les jeunes en situation de handicap. Pour une indemnisation de 577  euros net par mois, ils prennent part à une mission d’intérêt général de 6 à 12 mois dans une association, une collectivité ou un établissement public.